Maison écologique en chanvre

0
| 0 avis
Du chanvre sous votre toit
L'occasion, pour un architecteur, de tester différents matériaux et équipements techniques écologiques, parmi lesquels le chanvre…
isolant chanvre : Obtenez gratuitement des devis !
Maison écoloZoom

René-Jean Moinard réside en Pays de Loire dans une maison en bois qu'il a dessinée et construite voila plus de 20 ans, non loin de son cabinet d'architecteurs a Nantes, dans lequel, chaque jour, l'architecte constructeur s'applique à penser les maisons. « En 1984, l'État a voulu relancer la construction en bois, c'est dans ce cadre que j'ai commencé à dessiner aussi des maisons en bois. » Et l'envie de bâtir sa maison de vacances loin de la ville (ossature bois cela va sans dire), se fait de plus en plus présente. Au demeurant, un exercice pas si simple pour un architecte... Au fond d'un lotissement, un océan de verdure, en bordure des marais salants.

Maison d'architecteur René-Jean Moinard - Mesquer (44)

Nous sommes à 400 mètres de la mer a vol d'oiseau. Un terrain que René-Jean a trouve un peu par hasard. « Ce qui nous a plu ? Le fait que l'on soit loin de la ville, mais pas trop loin » (la gare est a 10 minutes). En retrait donc, dans un endroit calme, et dans une maison qui respire. De charmantes passerelles de bois pour entrer dans cette maison pas tout à fait finie. « Cela sent encore le chanvre », nous glisse le propriétaire, d'un sourire. René-Jean déshabille les grandes baies vitrées de leur soie blanche, qu'il lie par un fin cordage mêlé de coquillages ramassés sur la plage. Enivrante sensation d'être dehors car la maison, baignée de lumière naturelle, s'ouvre sur le marais, que des aigrettes survolent. Dessinant sa maison, l'architecte la désirait très vitrée au rez-de-chaussée afin que la température intérieure y monte très vite des les premiers rayons de soleil. « Le sud était le seul endroit laissant apparaître un vis-à-vis, mais comme chaque côté de la maison manifestait un intérêt, j'ai volontairement vitré sur les trois côtés

Encorbellement et fossé comme au Moyen Âge

Des passerelles de bois, symbole de continuité maison - jardin

Passerelles boisZoomLa maison est en fait un troisième projet: prenant connaissance du premier, Annie, l'épouse de René-Jean, a judicieusement et délicatement « mis son grain de sel » en insistant sur une recherche peut-être un peu moins classique en pays de Guérande, non loin de La Turballe ou la fleur de sel s'invite a la table des restaurants. Contraint par 3,80 m de hauteur à la corniche, René-Jean dessine alors une maison qui monte et s'ouvre sur le marais salant du bassin de Mes, avec des fenêtres et non des vasistas, d'ou cette idée de couverture en courbe qui va permettre de plus grandes ouvertures. Le toit de zinc noir (« car il a bénéficié d'une finition en usine type quartz ») contraste avec la partie haute blanche a petit chanfrein lisse qui donne des lignes très fines. Le reste du bois est du pin autoclave profile en goutte d'eau (avec derrière un tasseau, une ventilation et un film noir pare-pluie de la façade).

 « Tous les matériaux ne sont pas écologiques, je ne suis pas non plus un puriste : les bardages sont choisis parce qu'ils me plaisent (bois traité aux sels de bore, arsenic, cuivre). Je préfère les bois thermo-huilés car imputrescibles mais je voulais certains profils. »

FenetreZoom

Toute l'enveloppe habitable est en bois, ce qui n'est pas sans contrainte pour le plancher du rez-de-chaussée : 30 cm de solives, du bois des la surface du sol. Ceci impliquait de descendre le sol extérieur afin que le plancher ne soit pas dans l'eau, d'ou le fossé creuse autour de la maison et la construction de passerelles car « nous voulions une continuité maison-jardin malgré la contrainte du fossé ». Passerelles qui, soit dit en passant, donnent cette petite touche d'originalité à la maison ! Le terrain est très meuble, fait d'une argile plastique, glaise très surprenante, sensation de sables mouvants, « c'est donc de la terre végétale que nous avons ajoutée pour mettre à niveau ». Une enveloppe plancher-murs-toiture, toute la structure est en bois sous forme de portique grâce à un principe de poteaux tous les 1,80 m, avec poutres en lamellé-collé. Une technique qui permet d'obtenir une grande portée et dégage d'importants espaces libres de 7 m de large. Cela permet également d'avoir un étage qui avance de 30 cm et le toit qui déborde encore d'un mètre. Ce qui n'est pas sans rappeler les maisons à encorbellement du Moyen Age qui assurait ainsi un meilleur vieillissement. Des maisons que notre architecte a admiré à Dinan, Quimper, Morlaix, ou encore lorsqu'il exerçait en Normandie : « Une architecture en bois qui a fait ses preuves ! » Et pour rester dans l'esprit colombage, René-Jean a également le projet de fabriquer des volets coulissants. « Je n'ai pas tout fait tout de suite, auparavant je voulais voir comment se comportait la maison pour au besoin pouvoir rectifier le tir. »

article issu du numéro n°24 | voir le numéro | s'abonner à Habitat Naturel
Photos : Patrick Boutevin
isolant chanvre : Obtenez gratuitement des devis !
Donnez votre avis ou posez une question

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour poster un commentaire.

Vous pouvez également vous connecter avec votre compte Facebook :

Soyez le premier à donner votre avis !

écrit par Sandrine Quéméner