Rencontre avec un chaumier

0
| 0 avis

N. Mustière, chaumierSur les toits de Brière, à grand coup de roseau, le couvreur chaumier renouvelle le charme traditionnel des demeures d’antan. Rencontre avec Nicolas Mustière, artisan chaumier.

chaumier : Obtenez gratuitement des devis !
Artisan ChaumierZoom

Jadis, dans les campagnes, les chaumières s'habillaient selon les ressources locales, de paille de blé, de seigle ou de roseau. C'est ce dernier qu'a choisi aujourd'hui Nicolas Mustière, à l'instar des chaumiers normands ou camarguais.

Plus qu'une tradition régionale ou une particularité géographique, la couverture en chaume marie le charme traditionnel au confort d'un matériau naturel. Le Parc Naturel Régional de Brière l'a d'ailleurs très bien compris.

Afin de préserver l'identité brièronne, il a souhaité que chaque nouvelle habitation construite soit couverte de chaume. En contrepartie, le propriétaire peut bénéficier d'une aide financière pour la réalisation des travaux.

Artisanat itinérant

Pose chaumeZoom

Face à ce succès grandissant, Nicolas est fréquemment amené à exercer son art dans d'autres régions que la Brière. Les déplacements sont d'autant plus faciles que l'outillage est finalement assez réduit et peu encombrant. Il suffit en effet de trois ou quatre échelles, un petit chariot élévateur, du fil de fer galvanisé et de quelques petits outils pour couvrir n'importe quel toit. Cet équipement est complété par les matériaux, à savoir des baguettes de sapin et, bien sûr, les bottes de roseau. Avec l'expérience, Nicolas sait évaluer d'emblée la quantité de chaume nécessaire à la couverture d'un toit.

Bien que la Brière soit le deuxième plus grand marais de France, ses immenses roselières ne suffisent plus pour orner tous les toits des chaumières. Nicolas doit donc faire venir de Camargue la plus grande partie de ses roseaux. Malgré cette contrainte, ce matériau reste pour notre chaumier, le mieux à même de satisfaire les amateurs exigeants. Avec une épaisseur de trente centimètres environ, la toiture apporte une isolation thermique et phonique incontestable. Même lors des étés les plus torrides, la chaumière conserve une fraîcheur très appréciable. De plus, un toit en chaume parfaitement étanche offre une longévité de quarante à cinquante ans, à condition de l'entretenir régulièrement. Et le coût est comparable à celui des toitures en ardoise ou tuiles plates. Ce sont toutes ces qualités qui ont favorisé le retour de ce matériau sur les demeures briéronnes.

Les bases d'une toiture en chaue

Zoom

La première étape consiste en la fabrication d'un support, sorte de trame sur laquelle repose le chaume. Nicolas scie alors les baguettes de sapin en respectant la hauteur et la longueur de la toiture. Les liteaux ainsi obtenus sont cloués sur les chevrons de la charpente en respectant un espacement de 35 centimètres environ. Sachant que le poids d'une couverture de chaume est de quarante kilos par mètre carré, cette étape est essentielle pour la solidité de la toiture. Une fois la pose des liteaux effectuée, le roseau fait son apparition. Le recours aux chariots élévateurs modernes dispense de la corvée de monter les bottes par l'échelle.

Pose et acrobaties

Pose et acrobatiesZoom

Parmi toutes les techniques de pose possibles, Nicolas choisit la technique de pose verticale. Entendez par-là une progression du bas du toit vers le haut, par rangs verticaux. Le couvreur chaumier se fait alors équilibriste.
Sur certains toits particulièrement pentus, il est souvent nécessaire de s'attacher avec un harnais ou une ceinture, tel un alpiniste. Après avoir sélectionné des bottes d'égale longueur, Nicolas les aligne par trois ou quatre, les pieds des tiges vers le sol. Chaque botte est attachée ensuite aux liteaux par une boucle de fil de fer galvanisé.

A l'aide d'une palette, le chaumier incline les pieds des bottes afin de commencer à former le début de la pente du toit. Au fur et à mesure de sa progression, Nicolas place des piquets d'arrêt pour maintenir le roseau bien en place. Arrivé au faîtage, le rang ou la passée est terminé ; il ne reste plus qu'à redescendre pour commencer la passée suivante. A chaque fin de passée, un grand soin est donné à la perfection de la pente, gage d'un bon écoulement de l'eau sur la toiture. Qu'une légère dépression ou une bosse soient oubliées et les mousses auront tôt fait de s'y fixer.

A l'aide d'un racloir métallique, Nicolas peigne donc longuement le roseau. Même les bords doivent être d'une régularité impeccable. En finition, le faîtage est protégé d'un matériau étanche (bande de plomb, feutre bitumé) recouvert d'un mortier de chaux à la blancheur très esthétique. Avec le temps, la couleur dorée du chaume se patine et s'assombrit pour prendre une teinte chocolat. Sûr de la qualité de son travail, Nicolas Mustière sait que chaque toiture verra grandir deux ou trois générations. Un beau cadeau pour cet artisan, héritier d'un savoir-faire séculaire gage d'une tradition d'avenir.

  • Contact : Artisan-chaumier : Nicolas Mustière - Couverture en chaume - 264 Sourlonne 44720 Saint Joachim - 02 40 88 47 29.
Texte et photos : Paul-André COUMES
Habitat-Naturel N°20
www.habitat-naturel.fr
chaumier : Obtenez gratuitement des devis !
Donnez votre avis ou posez une question

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour poster un commentaire.

Vous pouvez également vous connecter avec votre compte Facebook :

Soyez le premier à donner votre avis !

écrit par Paul-André COUMES