Mobilier démontable: quincaillerie

0
| 0 avis

Assemblage de meuble démontableVoici quelques techniques permettant la fabrication de mobilier démontable. Et s’il paraît aujourd’hui naturel à tout le monde d’acheter du mobilier moderne en kit, il n’en va pas de même pour les meubles de fabrication traditionnelle...

Sommaire de l'article

Assemblage de litZoom

Voyons maintenant comment on peut répondre aux contraintes du mobilier démontable en utilisant des éléments de quincaillerie. Mais avant de parler des différents systèmes, précisons que la quincaillerie ne constitue pas en elle-même un assemblage, elle n'est généralement là que pour maintenir en place deux éléments assemblés de manière classique. Dans cet esprit, les tourillons sont souvent utilisés, notamment pour le mobilier en panneaux dérivés, car ils sont très faciles à mettre en oeuvre. En outre, ils présentent l'avantage de situer très précisément les différentes pièces à leur emplacement définitif. Commençons par celles qui ont très certainement été à l'origine du développement de la quincaillerie d'assemblage : les vis de rappel de lit.
La photo ci contre montre un assemblage de lit.

Quelques exemples de ferrures

Ferrure de litZoom Ferrure de lit en ligneZoom Ferrure de ligne à trois crochetsZoom
             Ferrure de lit                              Ferrure de lit en ligne                 A trois crochets

En effet, le lit étant un meuble qu'il est difficile de concevoir autrement que démontable, les menuisiers ont dû trouver très tôt des solutions robustes et pas trop difficiles à mettre en œuvre pour solidariser les longerons (c'est-à-dire les deux planches qui relient la tête au pied du lit) et les montants. Il existe de nombreux systèmes, mais ils sont tous basés à peu près sur le même principe : des platines ou des inserts sont fixés sur la tête et le pied de lit, et une vis de rappel est fixée sur le longeron, vissée en applique ou bien insérée dans un perçage. Bien que ces quincailleries soient généralement très solides, elles ne sont là que pour maintenir les assemblages (tenon-mortaise ou tourillons) qui restent les principaux garants de la solidité de l'ouvrage. Pour les structures légères, les lits d'enfant par exemple, il existe des ferrures qui servent à la fois d'assemblage et de fixation. Ces systèmes consistent en deux platines verticales dont l'une (fixée sur le longeron) est munie de griffes et vient s'accrocher sur l'autre (fixée sur le montant).

Goujons et excentriques

Boitier excentriqueZoom

C'est le système le plus souvent utilisé pour les meubles en kit. Il permet l'assemblage de deux panneaux perpendiculaires (aussi bien en « T » qu'en « L »). Il est constitué d'un goujon, qui se fixe sur le plat du panneau, est d'une ferrure à serrage excentrique qui est intégrée sur l'autre partie de l'assemblage. Le serrage excentrique permet une mise en place progressive et un maintien puissant. Pour une solidité maximale des goujons, il est possible de prévoir leur fixation dans des « inserts », qui seront beaucoup plus résistants à l'arrachage (particulièrement dans les panneaux de particules).

GoujonZoom

Ce système présente le gros avantage d'être complètement intégré et quasiment invisible, puisque rien ne dépasse des panneaux. L'inconvénient, c'est que sa mise en œuvre nécessite trois perçages de diamètres différents (goujon, ferrure et passage du goujon vers la ferrure).



Vis d'assemblage

Vis d'assemblageZoom

Elles ont la même fonction que le système précédent, mais sont beaucoup plus simples à mettre en œuvre. Il suffit de percer un trou au diamètre de la vis pour permettre son passage au travers du premier panneau et de percer ensuite un avant-trou de diamètre beaucoup plus petit dans le chant de la pièce à assembler, pour que la vis puisse pénétrer dans le matériau sans le faire éclater. Ces vis procurent un excellent maintien, mais présentent deux petits inconvénients : elles ne permettent pas un montage et un démontage trop fréquents (surtout dans les panneaux de particules) et surtout leur tête reste visible à l'extérieur de l'assemblage. Elles sont donc à réserver à des assemblages qui ne sont pas très exposés et à utiliser en complément d'autres systèmes, pour des rayonnages intermédiaires par exemple.

Vissière boisZoom

Notons tout de même qu'il existe de petits caches en plastique qui se fixent sur la tête de la vis et permettent de la dissimuler quand elle est trop en vue. Sur le même principe, mais beaucoup plus solide, on peut signaler des goujons filetés qui se vissent dans un petit boîtier inséré dans l'autre partie de l'assemblage. Ces goujons souffrent du même problème de visibilité que les vis d'assemblage, mais sont parmi les systèmes de serrage les plus efficaces. Détail intéressant : ce type de visserie existe en bois et peut donc (au lieu d'être caché) se transformer en un élément de décoration assez original.

Ferrures d'assemblage trapézoïdales

Ces systèmes sont très simples à poser, puisqu'ils se vissent en applique, mais présentent le gros inconvénient d'être en saillie de manière relativement importante. L'emploi de ces ferrures est donc à éviter pour les meubles de rangement dont on veut optimiser le volume intérieur.

Vis de liaison

Vis de liaisonZoom

Ces vis sont utilisées pour assembler des panneaux l'un contre l'autre, pour plaquer deux éléments de cuisine par exemple.







Équerres

EquerreZoom

Les différentes platines qui se fixent dans les angles ne sont pas à proprement parler des systèmes démontables, mais comme elles sont vissées sur les panneaux, on peut considérer qu'elles ne constituent pas non plus des fixations définitives.

Autres systèmes

Les quelques exemples que nous venons de citer représentent les grandes familles de quincaillerie les plus utilisées, mais il est bien évident qu'il existe de nombreux autres modèles pour faire face à toutes les situations particulières.

Pour aller plus loin...

Téléchargez la fiche brico !

Donnez votre avis ou posez une question

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour poster un commentaire.

Vous pouvez également vous connecter avec votre compte Facebook :

Soyez le premier à donner votre avis !

écrit par Christophe Lahaye, Le Bouvet