La construction passe au vert

0
| 0 avis
La construction passe au vert
Les Anciens construisaient des maisons adaptées au climat, agréablement ventilées et fraîches. Leurs secrets reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène dans l’habitat bioclimatique et « haute qualité environnementale ». Si tous les nouveaux matériaux ne sont pas encore présents en Guadeloupe, il existe localement des solutions pour construire un habitat durable.
maison bioclimatique : Obtenez gratuitement des devis !

Aux Antilles, il semble que nous ayons peu à peu oublié les préceptes de nos ancêtres et notamment les règles de la construction qu'utilisaient nos grands parents. Et ces règles étaient pourtant simples: profiter de la ventilation naturelle des alizés et offrir à son habitat une protection végétale contre les rayons du soleil. Les maisons traditionnelles, pour la plupart en bois, utilisaient ces principes et étaient en général fraîches et agréables à vivre.

Dans cet article, nous nous focaliserons donc sur la construction verte... en Guadeloupe !

Le bioclimatique au service des maisons d'aujourd'hui

Avant d'implanter une maison sur un terrain, il convient donc de réfléchir à la direction du vent. Car si l'on permet à l'air naturel d'entrer dans la maison grâce à des jalousies, l'ensemble de l'habitation sera rafraîchi.  Par ailleurs, en positionnant correctement sa maison par rapport à la course du soleil, on pourra également préserver certaines pièces de la chaleur du soir. Ainsi, les chambres situées dans la partie Est de la maison bénéficieront, grâce à des jalousies, de fraîcheur et de ventilation ! Sur les côtes exposées aux Alizés, une telle ventilation suffira en général pour dormir sans climatisation ! Exposée au Nord ou à l'Est, une terrasse offrira également un cadre de vie agréable tant la journée que le soir. À l'Ouest, on peut donc positionner sans problème les pièces où l'on passe moins de temps, la cuisine et la salle de bain. Mais pour être plaisante à vivre, une maison doit aussi être ventilée de l'intérieur ! Une bonne circulation de l'air peut ainsi être assurée par de bonnes hauteurs de plafond, un chien-assis installé en toiture (qui permet à l'air chaud de s'échapper), ou à des portes légèrement surélevées.

De l'importance d'une bonne isolation

Par souci d'économie, certains foyers font parfois l'impasse sur l'isolation de leur toiture. Pourtant, grâce à un bon isolant, on peut gagner facilement 3 à 5° dans une habitation, ce qui n'est pas négligeable. Et avec 3 ou 5° de moins, on peut parfois se passer de climatisation ! La façade exposée à l'Ouest mérite elle aussi d'être isolée car c'est elle qui emmagasinera tout l'après-midi les rayons les plus chauds du soleil.  Mais pour protéger cette façade, il existe aussi des solutions naturelles qui raviront les amateurs de jardinage. Il suffit en effet de planter une végétation haute et touffue de ce côté de la maison pour obtenir un écran vert particulièrement rafraîchissant ! D'une manière plus générale, la végétation apporte ombre et fraîcheur aux maisons, et avoir un jardin bien arboré n'est donc pas un luxe. Rien de pire que le tout béton, sans un brin d'herbe ni une feuille pour faire grimper les degrés !

Bois, béton ou brique ?

Le bois

Il remporte tous les suffrages dans la construction écologique dès lors qu'il est adapté au contexte économique et socioculturel local. Naturel, renouvelable, recyclable en fin de vie, il est le matériau roi de la construction écologique. Cependant, dans nos régions, son usage pose des problèmes. Issu de Guyane ou du Brésil, il participe à la déforestation massive de cette zone du monde et n'est donc pas à prescrire. Sauf à en acheter en provenance de forêts écologiquement gérées, portant le label FSC (Forest Stewardship Council). Mais nos importateurs locaux ont encore du travail en la matière car ils ne peuvent souvent garantir l'origine de leur bois.

Le pin du Nord, de plus en plus commercialisé dans nos régions, possède quant à lui un bon bilan écologique. Il provient de forêts écocertifiées gérées dans le cadre du développement durable. Il constitue donc une bonne solution, mais il reste traité en autoclave avec des produits encore très forts. Il convient donc de bien laisser sécher le bois avant la mise en oeuvre.

Le bloc béton

Il ne doit pas être oublié car il est également utilisé dans les constructions écologiques. Composé à 87% de granulats (gravillons et sable) et à 7% de ciment (calcaire et argile cuite), il est parfaitement recyclable et très adapté en zone sismique. Et de nombreux fabricants s'engagent désormais à suivre les prescriptions de la démarche HQE, pourtant contraignantes.

La brique

Dans nos régions, la brique de Martinique est aussi un matériau intéressant. Constituée d'argile cuite, elle offre un pouvoir isolant supérieur à celui du bloc béton et une bonne résistance face aux cyclones.

Une maison économe

Lampes basse consommation installées partout, appareils électroménagers de classe énergétique A, lumières éteintes dans les pièces vides, le bioclimatique est aussi tout simplement tout une question de bon sens. Des habitudes de vie accessibles à tous, du plus petit au plus grand. En veillant à éteindre les appareils électriques et non à les laisser en veille ou encore en privilégiant les ventilateurs aux climatiseurs, on réduit encore plus la facture ! À maison égale mais mode de vie différent, on peut avoir une facture électrique qui varie du simple au quadruple !

Une maison autonome

Au-delà de l'économie électrique, il y a l'autonomie. Produire soi-même son électricité est aujourd'hui possible dans nos régions grâce à une offre diversifiée d'installations solaires photovoltaïques. Ces panneaux bleus que l'on voit sans cesse plus nombreux sur les toits permettent en effet de produire de l'électricité à partir du rayonnement solaire et de devenir indépendant en la matière. Et plusieurs solutions existent : produire une partie de ses besoins électriques, les couvrir totalement ou produire uniquement de l'électricité pour la revendre à EDF.

Une maison équipée d'un chauffe-eau solaire

Si les premiers chauffe-eau solaires étaient peu esthétiques, les modèles d'aujourd'hui se font totalement discrets en toiture. Intégrés à la tôle, de la même couleur que celle-ci, ils sont totalement adaptés à nos régions tropicales et assurés par votre contrat multirisques habitation en cas de cyclone.  Très simples d'installation, ils garantissent de l'eau chaude toute l'année et de sérieuses économies électriques.

Récupération d'eau de pluie

C'est simple à installer et cela garantit de vraies économies en eau. Le récupérateur d'eaux de pluie se branche sur une gouttière et conduit l'eau dans une citerne (il existe aujourd'hui des citernes dures et souples). Une petite pompe injecte ensuite l'eau sur votre réseau domestique. Vous pouvez ensuite ajouter à cela un système de filtration de l'eau performant pour potabiliser l'eau récoltée.

Pour aller plus loin...

Article écrit par Marianne Aimar,
et fourni par www.terredavenir.org,
le site de l'Environnement et du Développement Durable en Guadeloupe

maison bioclimatique : Obtenez gratuitement des devis !
Donnez votre avis ou posez une question

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour poster un commentaire.

Vous pouvez également vous connecter avec votre compte Facebook :

Soyez le premier à donner votre avis !