La terre végétale

0
| 0 avis

La terre végétaleLa terre végétale ou humus est le produit naturel de la décomposition des matières organiques tombées sur le sol. Précieuse et indispensable pour toutes les cultures, elle est cependant de plus en plus rare et maltraitée.

La terre végétale, un produit naturel

Ce qu’on appelle couramment « la terre » peut avoir deux origines bien différentes, végétale ou minérale. La terre minérale est issue de l’érosion des masses rocheuses et est composée de mélange siliceux essentiellement. Sa composition et sa couleur dépendra du bassin géologique d’implémentation. 

D’un autre côté, la terre végétale est issue de la décomposition lente des matières organiques tombées sur le sol au fil des années. Leur empilement et lente compression forme une couche de terre superficielle dont les propriétés intéressent tout particulièrement les agriculteurs et les jardiniers. L’épaisseur de cette couche varie suivant l’exposition du terrain aux éléments naturels et sa capacité à retenir les alluvions. 

En effet, la terre naturelle est un produit très fragile et mobile. Rapidement nettoyée par les pluies et les inondations, elle est victime de l’agriculture intensive qui supprime les obstacles au ruissellement des eaux. Elle est par nature totalement absente de certaines zones géologiques, inaptes à sa formation : montagnes, rivages, zones désertiques.

id+

Composition

  • La terre végétale est composée essentiellement de résidus végétaux qui vont donc dépendre du lieu de formation. Feuilles mortes, branchages, champignons et autres produits forestiers en zone boisée, herbes, mousses et sphaignes ailleurs. On y trouve également tous les produits de la vie animale, excréments et restes en décomposition. 

La couche de terre végétale naturelle évolue en permanence car elle est travaillée par les vers de terre, les insectes, les micro-organismes et autres nombreux champignons. Les couches supérieures, relativement pauvres en éléments nutritifs, ne présentent pas un mélange très avancé des différents composants. Il faut creuser quelques centimètres pour atteindre la terre végétale elle-même, plus compacte et au sein de laquelle il est difficile de distinguer les composants végétaux et minéraux. 

L’épaisseur de la couche de terre végétale fait en moyenne 20cm et dépasse rarement les 40cm. La gravité aidant, elle sera plus épaisse en bas des pentes et dans les creux. Sous l’action des micro-organismes et de l’éluviation, les couches inférieures de terre végétale se décomposent avec le temps et perdent leur charge organique : elles se fossilisent.

schema_niveauZoom

Il existe de très nombreux types de terres végétales suivant l’endroit et les conditions de leur formation : une tourbe n’a ainsi que peu à voir avec la terre de prairie. Vous trouverez ci-dessous une classification. 

schema_typeZoom

La terre végétale, un produit en danger

L’exploitation intensive des sols par l’agriculture détruit les réserves naturelles de terre végétale et appauvrit les sols. La suppression des végétaux autour des champs empêche son renouvellement naturel et favorise même sa dispersion avec le ruissellement des eaux de pluie.

Les pratiques agricoles d’épandage, couplées aux engrais chimiques, viennent donc remédier à ces soucis sans pour autant répondre aux problématiques de fonds. La terre végétale est une ressource rare dont le renouvellement est extrêmement lent, voire même nul dans le cas de la tourbe. Sa consommation doit donc se faire dans un cadre responsable.

Dans un souci écologique, et malgré son efficacité, tant dans les pratiques agricoles que comme combustible,nous vous déconseillons l’utilisation de la tourbe. Les tourbières, comme le pétrole et le charbon qu’elles formeront dans quelques siècles, sont une ressource épuisable et finie. Leur exploitation industrielle les détruit ainsi que les marécages qui les abritent.

Emploi et utilisations de la terre végétale

La terre végétale est extrêmement riche en nutriments pour les plantes et forme donc une base excellente pour toutes les activités agricoles et horticoles. Elle peut être utilisée pour enrichir des sols pauvres en masse organique car trop souvent cultivés.

Ainsi, elle est particulièrement recherchée pour le jardinage puisqu’un jardin bien entretenu appauvrit considérablement les sols : les feuilles mortes et autres déchets végétaux ne viennent pas compenser les prélèvements faits par le gazon et autres plantes.

Un épandage régulier de terreau ou de compost permet de compenser ce problème mais lorsqu’il s’agit de relancer les plantations ou de commencer des cultures sur un terrain appauvri, l’épandage de terre végétale en grande quantité peut s’avérer nécessaire.

C’est aussi pourquoi, lors d’un chantier de construction, les entreprises font souvent attention à « gratter » le sol avant les travaux de terrassement afin de conserver la terre végétale pour les jardins. Si vous êtes dans ce cas de figure, prenez bien soin de demander à votre chef de chantier de stocker la terre végétale de côté.

Se procurer de la terre végétale

Une terre végétale de qualité (mull, moder ou anmoor) c’est avant tout une source de qualité. Il faut impérativement demander la composition et/ou la provenance de la terre que vous vous procurez. Comme indiqué, certaines terres végétales peuvent augmenter l’acidité de votre sol. Si vos plantations sont fragiles ou si votre sol est déjà sensible (calcaire), pensez à vérifier le pH de la terre végétale que vous vous procurez. Toutes les terres ne sont pas bonnes pour toutes les surfaces.

Déterminer les volumes nécessaires 

  • Le volume dont vous avez besoin, c’est la surface d’épandage multipliée par l’épaisseur recherchée. Compter entre 1 et 5 cm pour enrichir un sol appauvri et plus de 10 cm pour un sol très pauvre.

Plus la surface à couvrir sera grande, plus le volume sera important. Les centrales de bricolage/jardinage peuvent vous les livrer assez facilement par camion en sacs de 50L ou en « big bags » ou carrément en vrac avec une facturation au m3. Dans tous les cas mieux vaut prévoir pelles et brouettes…

Privilégier une terre végétale tamisée qui vous prémunira contre la présence de cailloux ou de débris végétaux significatifs dans votre mélange ainsi qu’une plus grande fluidité facilitant l’épandage. 

Prix de la terre végétale

Vous pouvez trouver partout sur Internet et de manière assez simple de la terre végétale gratuite mise à disposition par des particuliers qui font des travaux. Cependant la qualité de ces terres peut être très variable et surtout elle n’est ni tamisée, ni forcément adaptée à vos besoins. Si elle provient d’un chantier elle peut en outre être polluée. Dans le commerce, vous la trouverez à partir de 10€ les 50 litres.

Pour vos commandes importantes et gros travaux agricoles/horticoles nous vous conseillons de faire appel à un professionnel pour formuler exactement vos besoins. Il sera à même d’analyser votre sol et de vous recommander exactement le produit dont vous avez besoin, en fonction des plantations que vous comptez faire.

Il sera ensuite à même de vous faire livrer au meilleur coût la quantité optimale et surtout de l’épandre correctement tout en gérant le cycle de l’eau associé. Il faut en effet que les nutriments se fixent dans le sol à tous les niveaux et pas seulement en surface afin de fertiliser les racines profondes également, tout en évitant que le ruissellement ne vienne ruiner vos efforts.

Pour aller plus loin...

Attention à ne pas sous-estimer la charge de travail associée à l’épandage de la terre végétale, surtout sur les grandes surfaces. Un travail préalable de préparation du sol est indispensable : retourner, biner, creuser des sillons afin d’aérer le sol et de retirer tous les débris minéraux (roches). Il faut ensuite laisser reposer le terrain quelques jours pour que les vers de terre puissent commencer à agir et que la pluie ou un arrosage modéré assure un mélange.

L’épandage vient ensuite. Un malaxage avec le terrain déjà présent assure une bonne adhésion et la résistance aux écoulements. Ne pas hésiter à arroser pour rendre le mélange cohérent et favoriser le développement des micro-organismes.

Attention, un arrosage excessif entrainerait un ruissellement. Eviter d’épandre la terre végétale en période pluvieuse et ne pas hésiter à semer de l’herbe une fois que la terre s’est bien affermie (2-3 jours avec hydratation régulière) afin de fixer la terre végétale au sol.

Donnez votre avis ou posez une question

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour poster un commentaire.

Vous pouvez également vous connecter avec votre compte Facebook :

Soyez le premier à donner votre avis !

écrit par J-B Vaujour