Composition d'une toiture végétalisée

0
| 0 avis
Toits végétalisés
Esthétique et économique, il apparaît aujourd’hui (éco)logique de mettre son toit au vert, à l’image de ce qui se fait en Allemagne, pays précurseur en la matière. Intensive,semi intensive, pour quelles régions, avantages : que cachent ces toits verts ?

Sommaire de l'article

Composants

Une structure portante, un substrat de croissance une membrane d'étanchéité, une couche de drainage et de filtration, des végétaux... Revue de détails des principaux éléments qui forment le toit vert.

En béton, en bois ou en acier, tout est possible pour la structure portante du moment qu'elle peut résister au poids de l'installation. Surtout, assurez vous que la charpente est capable de supporter une charge de 90 à 130 kg/m², de la mise en œuvre d'un traitement anti-racine nécessaire à l'étanchéité de la toiture... Le toit peut être plat ou incliné (d'après les professionnels, une inclinaison de 35°C est la maximum). Il est aussi recommandé de construire des terrasses avec une pente minimale de 1 à 2 %, pour diminuer l'épaisseur de la couche et donc le poids général.

L'étanchéité (d'ailleurs comme pour toute toiture) est essentielle. Il convient de signaler qu'une terrasse végétalisée bien réalisée fuira beaucoup moins qu'une traditionnelle, mais en revanche, les coûts de réparation éventuels en cas de fuite seront bien plus conséquents.

Une membrane de drainage pourra diriger l'eau de pluie vers le drain du toit ou les gouttières extérieures. Attention, celle-ci ne doit évidemment pas être obstruée par le substrat. En général, cette membrane est recouverte d'un filtre géotextile non-tissé qui a pour mission de retenir les fines particules du sol et de laisser l'eau s'égoutter.

Le substrat est constitué d'un mélange de minéraux à pores ouverts, sa couche peut varier de 6 à 10 cm. De nombreuses sortes de plantes peuvent pousser sur les toits. Il s'agit de savoir si vous voulez l'entretenir ou laisser une simple couche d'herbe et de mousse, en faire une terrasse paysagée, un potager... Deux grands types de toiture sont à votre portée : à végétation intensive ou extensive. La première dispose d'une épaisseur de terre supérieure à vingt centimètres et les végétaux que vous aurez choisis devront être soigné et entretenus. La réserve d'eau nécessaire augmentera le poids de l'ensemble. Il vous faudra donc une structure renforcée du bâtiment. Ce système doit être réalisé par un professionnel. La seconde sorte, celle avec une végétation extensive, est plus facile à mettre en place. Les végétaux sélectionnés ont en effet besoin de beaucoup mois de terre, de soins et d'eau.

L'intégration d'un toit vert dans un bâtiment apparaît plus facilement réussie si elle est envisagée dès la conception du bâtiment, mais elle est toutefois réalisable sur des constructions déjà existantes. Côté frein, le coût reste l'inconvénient majeur de cette technique. D'ailleurs, plus la surface sera petite et pentue, plus celui-ci sera élevé. Mais un tel investissement s'amortit avec le temps, sans parler du plaisir que vous aurez par la suite. Le toit vert, un porte-bonheur pour éviter les tuiles...

Donnez votre avis ou posez une question

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour poster un commentaire.

Vous pouvez également vous connecter avec votre compte Facebook :

Soyez le premier à donner votre avis !